Soutenez la LPO Aude dans ses combats !

Soutenez la LPO Aude dans ses combats !

Soutenez la LPO Aude dans ses combats !

L’exceptionnelle biodiversité audoise est mise sous pression. La LPO Aude a besoin de vos soutiens pour la défendre.

Depuis 25 ans que l’association existe, de nombreuses avancées ont été obtenues pour la nature :

  • un réseau Natura 2000 conséquent couvrant plus de 35% du territoire ;
  • le retour d’espèces d’oiseaux rares comme le Faucon crécerellette, le Vautour fauve ou le Gypaète barbu ;
  • la diminution des cas de destruction d’espèces.

Ces victoires peuvent être remises en cause très rapidement par l’accumulation de projets d’aménagement et d’utilisation des espaces naturels. Jamais les espèces et les paysages de l’Aude n’ont été plus en danger ! Jamais le combat de notre association de protection de l’environnement n’a été aussi essentiel !

Aussi, pour pouvoir mener notre veille et nos actions en justice, nous avons besoin de votre soutien.

Faites un don à notre association via HELLOASSO ou par voie postale (LPO Aude, Ecluse de Mandirac, 11100 NARBONNE)

Propulsé par HelloAsso

Un promoteur éolien réclame un million d’euros à la LPO de l’Aude

Un promoteur éolien réclame un million d’euros à la LPO de l’Aude

Un promoteur éolien réclame un million d’euros à la LPO de l’Aude

C’est une première en France. Le promoteur éolien Valorem (56 millions de chiffre d’affaire) attaque une association de protection de la nature, la LPO Aude, devant le Tribunal de Grande Instance de Carcassonne et réclame 1 017 986,38 euros.

Depuis de nombreuses années, la LPO Aude mais aussi ses co-requérants, l’association Avenir d’Alet, l’association AIRE (Aide à l’initiative dans le respect de l’environnement) et deux particuliers font annuler des autorisations afférentes à la construction d’éoliennes sur les communes d’Alet-les-Bains, Saint-Polycarpe et Véraza dans l’Aude sur un site désigné au titre de Natura 2000. Site désigné en vue de la protection des oiseaux de la Zone de Protection Spéciale des Hautes-Corbières et en vue de la protection des chauves-souris sur le Site d’Intérêt Communautaire des grottes de Lavalette.

Ce projet de parc éolien a été conçu il y a plus de 10 ans sur la base d’une étude d’impact parfaitement lacunaire et en dehors de tout projet de territoire. Ses impacts attendus sur l’avifaune, grandement minimisés par le promoteur, seront sans précédent sur au moins trois espèces d’oiseaux parmi les plus menacées en France : le Vautour percnoptère, le Vautour fauve et le Gypaète barbu, qui chacun bénéficient d’un Plan National d’Actions.

C’est dans ce contexte tout à fait exemplaire et dans le strict respect de ses intérêts statutaires que la LPO a entendu dénoncer ce projet en utilisant les voies qui lui sont ouvertes par le droit français.

Or, le groupe VALOREM, porteur du projet, réclame aujourd’hui plus d’un million d’euros à la LPO et ses co-requérants au prétexte que cette action en justice aurait été de nature à retarder le chantier de construction du parc éolien, lui causant par là même un lourd préjudice financier.

Cette action en responsabilité du grand groupe de « l’énergie verte » est perçue par la LPO comme une tentative d’intimidation à son endroit avec en filigrane un objectif de décrédibilisation de son action auprès du grand public.

La somme astronomique réclamée par le groupe Valorem est du point de vue de la LPO Aude choquante et indigne d’un acteur de la « transition écologique ».

Si une association de défense de l’environnement à but non lucratif ne pèse pas bien lourd face à une société qui génère plusieurs millions d’euros par an, reste néanmoins la Justice, accessible à tous, et garante du respect des règles de droit.

 

Intérêt à agir de la LPO Aude

L’association LPO AUDE, selon ses statuts, a pour buts d’agir pour l’oiseau, la faune sauvage, la nature et l’homme, et lutter contre le déclin de la biodiversité, par la connaissance, la protection, l’éducation et la mobilisation. Elle est agréée dans l’Aude au titre de l’article L 160-1 du code de l’urbanisme et l’article 40 de la loi du 10 juillet 1976. Ce qui lui donne toute légitimité pour ester en justice devant les juridictions civiles et administratives pour exercer ses droits au regard de l’objet de ses statuts.

 Positionnement de la LPO Aude sur l’éolien

 Dès 2013, l’association a demandé qu’un moratoire puisse être mis en place dans l’Aude le temps que les outils de planifications partagés et prenant en compte les enjeux de biodiversité puissent être validés. Plus d’info : https://aude.lpo.fr/positionnements/

 Eolien et Biodiversité

La LPO France anime un réseau d’acteurs autour de la problématique Éolien et Biodiversité. Des séminaires entre professionnels de l’éolien et acteurs de la conservation sont régulièrement organisés. Plus d’info : https://eolien-biodiversite.com/

Inquiétude pour la survie du Faucon crécerellette face à l’éolien

Inquiétude pour la survie du Faucon crécerellette face à l’éolien

Inquiétude pour la survie du Faucon crécerellette face à l’éolien

Fin septembre 2018, deux nouveaux cadavres de Faucon Crécerellette ont été retrouvés sous un parc éolien du Lézignanais. Cette découverte porte à 4 le nombre de cas avérés de collision avec des aérogénérateurs et pose la question de la viabilité de la population de cette espèce menacée en Europe.

Au bord de l’extinction dans les années 1980, suite notamment aux sécheresses successives sur ses zones d’hivernage du Sahel, la population européenne de Faucon crécerellette a vu ses effectifs augmenter dans les années 2000. Ce résultat est en partie dû aux efforts de protection de l’espèce et de ses habitats naturels ainsi qu’aux programmes de renforcement de populations en Espagne et en France. Dans l’Aude, un programme soutenu par la Communauté Européenne a permis de renforcer la population de Faucon crécerellette localement.

Aujourd’hui le Faucon crécerellette niche sur 4 communes de notre département.

Cette situation pourrait paraître favorable si une surmortalité n’était pas constatée avec les parcs éoliens. En effet, ce petit faucon insectivore apprécie les milieux ouverts riches en sauterelles et criquets présents au pied des éoliennes. Focalisé sur sa proie, le Faucon crécerellette peut soit entrer en collision avec une pale soit être victime de barotraumatisme*.

Peu de suivis de mortalité systématiques des parcs éoliens sont mis en place et aucun n’est réalisé en période de rassemblement migratoire en août-septembre. Or une analyse scientifique faite récemment pour le Séminaire Éolien et Biodiversité 2017 montre l’effet significatif de la mortalité d’un seul parc éolien dans l’Hérault sur la population française de l’espèce. La multiplication des cas et des parcs éoliens impactants en région pourrait donc entraîner un nouvel effondrement des populations du Faucon crécerellette.

Les conclusions de l’étude de 2017 vont dans ce sens :

« Le développement très important des parcs éoliens dans le sud de la France et en Espagne depuis une vingtaine d’années fait peser une nouvelle menace sur ses habitats et sa population, dont cette étude permet de mesurer concrètement les effets dans une des deux principales populations françaises. Il est urgent de mettre en place des suivis fiables et pluriannuels de la mortalité sous les parcs existants n’en disposant pas à proximité des deux autres populations, notamment celle de Crau.

Trouver des moyens efficaces pour réduire l’impact des parcs éoliens existants proches des colonies et sites de dortoirs post-nuptiaux est une priorité pour l’avenir de l’espèce. Faute de moyen efficace disponible, il faudra se poser la question de l’arrêt diurne des parcs durant la période de présence de l’espèce. Au-delà, il apparaît indispensable de préconiser le refus de création de tout nouveau parc éolien dans les domaines vitaux de l’espèce et aux alentours des dortoirs post-nuptiaux réguliers. »

La LPO Aude demande donc une nouvelle fois que les domaines vitaux d’espèces d’oiseaux menacées, comme le Faucon crécerellette, soit évités par le développement de l’éolien. Notre association plaide depuis 2013 pour la mise en place d’une réelle planification sur le territoire afin d’atteindre les objectifs de transition énergétique sans mettre à mal l’extraordinaire Biodiversité de l’Occitanie.

 

 

 

*Barotraumatisme

Le mouvement des pales crée un brusque changement de pression atmosphérique qui, chez certaines petites espèces, peut causer des hémorragies internes sans qu’il y ait collision avec l’éolienne. Ce phénomène est bien connu chez le Chauves-souris et a été découvert aussi chez le Faucon crécerellette.

Braconnage : un Circaète tiré !

Braconnage : un Circaète tiré !

Braconnage : un Circaète tiré !

Un nouveau cas de braconnage d’espèce protégée dans l’Aude.

Fin avril, un Circaète Jean-le-Blanc a été trouvé mal en point sur la Commune d’Arquette en Val dans l’Aude. L’oiseau est malheureusement mort à son arrivée au centre de sauvegarde de la faune sauvage de Villeveyrac. Une radiographie a montré que la cause de la mort était un tir.

La LPO Aude se désole de constater encore en 2018 ce type d’exaction. Rappelons que le Circaète Jean-le-Blanc comme tous les rapaces est une espèce protégée, qu’aucune confusion n’est possible avec une espèces chassable et que nous sommes hors période de chasse.

Braconniers sanctionnés sur Coursan

Braconniers sanctionnés sur Coursan

Braconniers sanctionnés sur Coursan

Deux braconniers ont été déclarés coupables par le Tribunal de Grande Instance de Narbonne pour avoir capturé des Chardonnerets élégants, espèce protégée.

Le Chardonneret élégant est une espèce d’oiseau protégée par la loi française. À ce titre, toute tentative de capture, détention ou transport d’individu peut faire l’objet de sanctions pénales, prévues à l’article L. 415-3 du code de l’environnement.

En septembre 2015, deux individus ont été interpellés par l’Office National de la Chasse et de la Faune Sauvage en situation de capture de Chardonnerets élégants. Les oiseaux sauvages capturés ont pu retourner en nature.

La LPO Aude, en tant qu’association de protection de la nature, a porté plainte contre les prévenus et s’est constituée partie civile. Les contrevenants ont justement été condamnés à deux mois de prison avec sursis, 300 euros d’amende et 1800 euros de dommages et intérêts pour tous les faits commis à l’encontre de la conservation d’une espèce protégée.

Chaque année dans l’Aude, nous recevons des signalements d’actes de braconnage de passereaux migrateurs, mais il est rare que les auteurs puissent être interpellés.

La LPO Aude se félicite donc de l’action de la police de l’environnement, ici l’ONCFS, et de la décision du juge.

Aussi, par cette actualité, la LPO Aude rappelle que la capture, la détention d’espèce protégée ainsi que la destruction d’individus ou de site de nidification sans autorisation peuvent faire l’objet de sanctions allant jusqu’à de l’emprisonnement et de lourdes amendes.

Chardonneret élégant Carduelis carduelis

Nicheur, migrateur de passage et hivernant dans l’Aude

Sédentaire, nicheur dans toutes les zones basses du département. Évite les zones très forestières ou trop montagnardes (Pays de Sault, Montagne Noire, Quercorb, Hautes Corbières). Apprécie les paysages semi‐boisés des mosaïques agricoles (plaines avec haies, piémont pâturé, vergers, parcs et jardins). Densités maxi dans la plaine du Narbonnais et sur le littoral où il est très présent dans les parcs et plantations de pins et dans les vignobles entourés de haies d’amandiers.

Espèce considérée comme vulnérable sur la liste rouge UICN des oiseaux nicheurs de Languedoc-Roussillon (2015).

Droit de réponse à l’appel à l’organisation d’une battue illégale au Loup le 19 novembre 2016

Droit de réponse à l’appel à l’organisation d’une battue illégale au Loup le 19 novembre 2016

Droit de réponse à l’appel à l’organisation d’une battue illégale au Loup le 19 novembre 2016

La LPO Aude souhaite réagir à la communication faite sur l’organisation d’une battue illégale au Loup, espèce protégée, effectuée par la FDSEA, la Fédération Départementale des Chasseurs et la Chambre d’Agriculture de l’Aude.

Le Loup est une espèce strictement protégée, tant par le droit européen et international, que par le droit français. Aucune autorisation, ni dérogation en cours n’a été accordée pour cette action.

La LPO Aude demande donc au service de l’État de mettre tous les moyens en œuvre pour empêcher la tenue de cette battue le 19 novembre 2016 dans le secteur de Ribouisse, quand bien même elle serait adaptée en battue au sanglier.

Si tel n’était pas le cas, organisateurs et participants s’exposeraient à de très lourdes peines.

Nous  sommes  conscients  des  problèmes  engendrés  auprès  des  éleveurs  par  ce  retour  spontané  du Loup  dans  notre  département. Des  mesures  préventives  sont prévues  par  le  Plan  Loup.  Il  s’agit d’accompagner  les  éleveurs  dans  l’équipement  de  parcs  de  protection,  de  les  aider  à  embaucher  un  aide-berger ou encore de mettre en place des chiens de protection. Il s’agit maintenant de les mettre en place.

La LPO Aude ne milite pas pour une mise sous cloche du département, comme certains se plaisent à le crier très fort. Nous savons toutefois que notre département est riche de territoires et de paysages ayant permis le développement d’une biodiversité exceptionnelle que nous nous devons de protéger, tout en maîtrisant les impacts induits par nos activités. Nous refuserons ainsi toute mise sous cloche de notre département par quelques extrémistes qui y aurait le droit de vie ou de mort sur les animaux en fonction de leur seul intérêt personnel.

Le Conseil d’Administration de la LPO Aude